Daughter, comme une envie de planer…

Il y a un je ne sais quoi qui me touche profondément dans les mélodies de Daughter. Le trio londonien a su développer un univers onirique sans tomber dans le mièvre.

A l’écoute de Youth ou Landfill on s’imagine sur les plages du nord, où le bleu opale de la mer se mélange au gris bleu du ciel. Il y a quelque chose qui apaise dans la voix d’Elena Tonra et beaucoup de mélancolie voir de nostalgie dans les accords d’ Igor Haefeli & Remi Aguilella. Souvent les chansons montent crescendo, le rythme s’accélère comme le cœur pourrait le faire en proie à une forte émotion. La voix magique d’Elena prend plus d’ampleur pour aboutir à un éclat lumineux qui nous remplit la tête de milliers d’étoiles. Je ne peux m’empêcher de penser à Florence and the Machine en les écoutant, même si il y a plus de douceur et de fragilité dans la musique de Daughter. Les titres des chansons de leur premier EP Taken from de the wild youth sont simples et reflètent parfaitement leur univers qui semble nous rappeler  que la poésie est présente dans le moindre détail qui nous entoure.

Taken from the wild youth est disponible par ici : Daughter.

Bonne écoute et bon envol.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s