Swing Craze part 1 / Benny Goodman

Vous ne connaissez rien au Jazz, et vous n’y entendez rien? Alors jetez un œil plus bas, et on verra si vous n’avez pas une profonde envie de remuer les fesses, et de vous plonger à cette époque où le jazz était une musique populaire!

Le swing apparaît aux États-Unis dans les années 30 avec l’arrivée de Franklin D. Roosevelt à la présidence. La prohibition est un vieux souvenir, et le jazz peut sortir de l’ombre. C’est à cette période que Benny Goodman connaît la gloire.

Il a sa première clarinette à l’âge de 10 ans et devient professionnel à 14 ! Benny Goodman est une des figures de proue de la Swing Craze, dans l’entre deux guerres. Il crée un Big Band à l’âge de 20 ans et sera connu pour avoir introduit des musiciens noirs dans ses orchestres à l’époque où la ségrégation raciale faisait rage. Si son Big Band connaît du succès auprès des radios, il n’en reste pas moins très conventionnel et laisse peu de place à l’improvisation et à la création. Considéré à la mode, voir commercial, le répertoire de son big band a tout de même l’art de nous faire remuer sans états d’âmes !

 Mais les critiques s’accordent pour dire que l’essence de l’œuvre de Benny Goodman réside dans ses ensembles plus petits. Son trio en1935 avec le pianiste Teddy Wilson, puis son quartet avec le vibraphoniste Lionel Hampton, offre une musique plus souple, où les solos et les impros trouvent davantage leur place. Plus complexe et diversifiée, cette musique a laissé le nom de Benny Goodman dans l’histoire du jazz. Grâce à lui beaucoup d’orchestres vont fleurir à cette période, avec de plus en plus un mélange de musiciens blancs et noirs.

 Il connait un franc succès au Carnegie Hall à New York où lors d’un concert mythique en 1938 il rend hommage à l’orchestre noir de Count Basie, son rival, en interprétant One O’clock Jump.

C’est à partir de ce succès à New York qu’il sera surnommé The King of Swing. Il deviendra dans les années 60 l’ambassadeur du jazz et sera le premier à se produire dans les pays socialistes pendant la guerre froide. Comme quoi la musique adoucit les mœurs, et elle seule est capable de rassembler et de passer au dessus des conflits politiques ou autres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s